Monday, April 23, 2007

melancholy



Ca c'est l'histoire
De Melody Nelson
Qu'à part moi-même personne
N'a jamais pris dans ses bras
Ca vous étonne
Mais c'est comme ça
Elle avait de l'amour
Pauvre Melody Nelson
Ouais, elle en avait des tonnes
Mais ses jours étaient comptés
Quatorze automnes
Et quinze étés
Un petit animal
Que cette Melody Nelson
Une adorable garçonne
Et si délicieuse enfant
Que je n'ai con-
Nue qu'un instant.
Oh! Ma Melody
Ma Melody Nelson
Aimable petite conne
Tu étais la condition
Sine qua non
De ma raison

1 Comments:

Anonymous baudelaire said...

Que jaime voir chre indolente
De ton corps si beau
Comme une toffe vacillante
Miroiter la peau

Sur ta chevelure profonde
Aux cres parfums
Mer odorante et vagabonde
Aux flots bleus et bruns

Comme un navire qui sveille
Au vent du matin
Mon me rveuse appareille
Pour un ciel lointain

Tes yeux o rien ne se rvle
De doux ni damer
Sont deux bijoux froids o se mlent
Lor avec le fer

te voir marcher en cadence
Belle dabandon
On dirait un serpent qui danse
Au bout dun bton

Sous le fardeau de ta paresse
Ta tte denfant
Se balance avec la mollesse
Dun jeune lphant

Et ton corps se penche et sallonge
Comme un fin vaisseau
Qui roule bord sur bord et plonge
Ses vergues dans leau

Comme un flot grossi par la fonte
Des glaciers grondants
Quand leau de ta bouche remonte
Au bord de tes dents

Je crois boire un vin de Bohme
Amer et vainqueur
Un ciel liquide qui parsme
Dtoiles mon cur !

6:38 PM  

Post a Comment

<< Home